Principales réalisations du GREB

L’écohameau de La Baie

|||RetourRealisations.html
 

L’Écohameau de La Baie est situé au confluent du fjord du Saguenay et de la Baie des Ha ! Ha !, à une dizaine de kilomètres du centre-ville de La Baie, un arrondissement de la ville de Saguenay, au Saguenay—Lac-Saint-Jean.  Sa particularité repose sur une règlementation municipale spécifique: il est délimité par les zones 97 et 62-1 du Chemin de la Batture. Les six résidences qui composent actuellement l’écohameau sont ainsi soumises à une réglementation municipale spécifique à ces zones.

L’appellation «écohameau de La Baie» est un lieu-dit car l’écohameau n’est ni une corporation ni un organisme.

L’Écohameau de La Baie a été fondé en 1990 par le GREB.  Aujourd’hui, une majorité de membres du GREB habitent encore l’écohameau et en font leur lieu de vie et d’expérimentation pratique.

Qu’est-ce qu’un écohameau ?

Un écovillage ou un écohameau est un regroupement de logements dont l’unité est assurée par une réglementation municipale, par une législation provinciale (comme la Loi des cités et villes) ou simplement par une structure juridique (par exemple une coopérative, une compagnie, une copropriété, une OBNL, une fiducie foncière, etc.).

Un écovillage ou un écohameau est habituellement considéré comme une implantation nouvelle sur le territoire. Or, au GREB, nous pensons que ce peut être aussi un village existant qui effectue une transition vers l’écologie et un meilleur développement humain. On peut prendre comme exemple le réseau des villes et villages en transition (http://villesentransition.net). Il suffit:

  1. qu’il s’y manifeste une volonté collective d'adopter un mode de vie écologique;

  2. que l’on retrouve parmi les habitants une dynamique d’actions concertées, de partenariats, de collaboration, de coopération ou d’entraide;

  3. qu’on y expérimente une manière prometteuse d’occupation, d’aménagement, de mise en valeur et de gestion durables du territoire.

 

L’Écohameau de La Baie, phase I

L’Écohameau de La Baie a été fondé en 1990 par le GREB, dont le siège social est situé dans l’écohameau et où il continue d’y mener ses travaux. C’est lui qui donne l’impulsion de la recherche dans l’écohameau.

L’écohameau est actuellement composé, dans la phase actuelle, de six maisons écologiques unifamiliales, propriété des familles, ainsi que d’une ferme paysanne et écologique, Les Vallons de chambreule, qui a été la première fermes ASC du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle a évolué aujourd’hui en une ferme de recherche consacrée à la pérennisation de l’agriculture. Elle comprend des serres, un bâtiment d’accueil, une grange-étable, un grand hangar et des entrepôts divers.

L’unité de l’écohameau est assurée par une réglementation municipale, notamment par un Plan d’aménagement d’ensemble et divers règlements de zonage.  Ceux-ci encadrent l’implantation et l’aménagement des bâtiments de manière à garantir entre autres le recours à l’architecture solaire passive et aux matériaux naturels, de même que l’intégration et l’harmonisation architecturales. 

Nous avons découvert qu’il valait mieux, au sein de l’écohameau, attribuer à chaque fonction (résidences, ferme, entreprises, services) une entité juridique différente, appropriée à chacune, plutôt que d’adopter une structure unique qui chapeauterait tout. Les habitants de l’écohameau partagent des valeurs communes, écologiques et humaines, et l’engagement de chacun aux projets est libre et se fait à des degrés divers, allant d’une faible à une forte participation.

L’Écohameau de La Baie, phase II

Le GREB, après plus de vingt ans d’existence, a entamé un processus d’agrandissement de l’écohameau, avec la collaboration de la ville de Saguenay, comme ce fut le cas depuis les débuts. Le plan d’aménagement et les différents règlements, qui ont démontré leur pertinence au fil du temps, ont été reconduits et bonifiés dans la nouvelle partie.


Aux six maisons existantes s’ajouteront neuf autres nouvelles maisons écologiques, avec une possibilité de deux logements chacune.

Les familles intéressées à s’installer construiront des habitations bioclimatiques, écoénergétiques et faites de matériaux naturels. Elles comporteront des panneaux solaires thermiques pour le chauffage de l’eau domestique ainsi qu’un foyer de masse. Sur le plan architectural, elles respecteront l’architecture alpine déjà en place. Les parements extérieurs, autant pour les murs que pour le toit, préserveront l’aspect naturel des matériaux, dans un souci d’intégration dans le site naturel enchanteur de l’écohameau. Afin d’augmenter la densité du territoire bâti, les résidences peuvent maintenant accueillir deux logements au lieu d’un seul comme c’est le cas dans la partie déjà existante de l’écohameau.

L’aménagement paysager intégrera les approches d’agriculture biologique et de permaculture afin d’assurer une bonne part de l’autonomie alimentaire des résidents. Les tondeuses à essence et les pesticides « chimiques » sont interdits. Des efforts d’aménagement ont permis le maintien d’une zone ouverte entre les deux zones résidentielles du hameau, laissant un espace pour l’agriculture et l’organisation d’activités sociocommunautaires. Un sentier reliant les terrains facilitera une circulation agréable pour les résidents. Déjà, sur les neuf terrains offerts, trois seulement sont disponibles; une priorité est mise sur des familles avec enfants d’âge primaire.

Pour information : Patrick Déry, GREB, (418) 306-5913, patrickdery@greb.ca

Le but de l’Écohameau de La Baie

Dans l’esprit de ses fondateurs, l’écohameau se veut un lieu où s’expérimente concrètement un mode de vie aux plans écologique, social et économique. Ses habitants, à des degrés variables d’engagement, y font l’essai, dans la «vraie vie», avec leurs familles, d’une transition vers une société post pétrolière (et autres ressources non renouvelables). Et ce depuis plus de vingt ans.

Nous explorons chaque jour comment vivre dans les limites de la planète: mettre en valeur les ressources renouvelables, recréer le cycle des matières organiques et fertilisantes, réduire les déchets et les impacts. Une partie de l’écohameau a atteint une certaine autosuffisance alimentaire (potagers, légumineuses, fruits, fourrages, oeufs, lait, viande, etc.), mais aussi une capacité d’autoproduction énergétique et en termes de connaissances, d’équipements, d’outils, d’installations, de techniques et de technologies.

Au moment de fonder l’écohameau, au début des années 1990, nous ne savions pas quand allait s’amorcer le déclin des ressource. Cela n’importait pas, puisque notre démarche était avant tout éthique. Le pic pétrolier, que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a confirmé pour 2006, aurait pu survenir dans vingt, cinquante, deux cents ans que notre engagement aurait été le même: nous croyions que notre système basé sur l’épuisement des ressources sans égard aux générations futures était inacceptable et qu’il importait d’explorer des alternatives sans tarder.

Notre intention n’était pas survivaliste non plus, bien au contraire. Nous ne voulions pas nous sauver nous-mêmes d’une éventuelle et hypothétique catastrophe. Nous voulions créer un laboratoire de vie dont les réussites et les échecs seraient diffusés et partagés, les échecs étant aussi importants que les réussites. Nous voulions que notre engagement local dans les expérimentations concrètes s’accompagne d’un engagement à une échelle globale pour un Québec plus écologique, en solidarité avec ceux qui poursuivent les mêmes fins.

Il est essentiel que nous profitions de la nécessité d’une transition vers une société plus écologique pour la rendre, au passage, plus humaine et équitable. Ainsi, l’entraide et le partage sont encouragés dans l’écohameau à travers la mise sur pied de projets domestiques et professionnels afin que tout l’environnement soit mis en valeur: agricole, forestier, humain et esthétique.


Documents téléchargeables concernant l’Écohameau de La Baie

  1. Règlements municipaux de la première partie de l’écohameau: <ReglementsUrbanismeGREB.pdf>

  2. Règlements municipaux de l’agrandissement de l’écohameau:<AL-R-2011-7.pdf> et <AL-R-2011-8 En vigueur le 29 nov 2011.pdf>.

  3. Deuxième jugement de la CPTAQ <CPTAQJugement2.pdf>

  4. Troisième jugement de la CPTAQ <CPTAQJugement3.pdf>


Consultez les images de l’écohameau dans l’album de photos.

•••

Pour un hébergement de qualité et chaleureux sur les flancs du majestueux fjord, à deux pas de l’écohameau:

  1. L’Auberge de la rivière Saguenay, 0,4 km:


  2. Le Gîte Les treize Lunes, 1,7 km:

 
|||RetourRealisations.html