Principales réalisations du GREB

La ferme de recherche
Les Vallons de chambreule

|||RetourRealisations.html
 

Depuis sa fondation en 1997, et ce jusqu’en 2006, la ferme Les Vallons de Chambreule était dédiée à la production commerciale de produits agricoles (première phase). Depuis janvier 2007, la ferme a entamé une réorientation vers la recherche et l’expérimentation de la pérennisation de l’agriculture, tout en maintenant toutefois une certaine production commerciale.  Cette seconde phase est encore en cours d’élaboration mais déjà, certains travaux ont débutés.

Les Vallons de Chambreule sont propriétaires d’une terre d’une superficie de 22 hectares dont 60% est cultivable et 40% est en boisés aménagés.  La plupart des champs ont des superficies d’environ 2 hectares et sont entourés de coulées boisées.  Les types de sol sont relativement variés.  La diversité des boisés est assez pauvre et nous nous employons à en augmenter la diversité.  La ferme possède une grange-étable, un hangar à machinerie, deux serres de production, une serre de démarrage, plusieurs remises, deux tracteurs et une multitude d’équipement aratoires.

Première phase

La ferme Les Vallons de Chambreule est située au cœur de l’Écohameau de La Baie qui surplombe le magnifique fjord du Saguenay.  Fondée en 1997 par Patrick Déry, Martin Simard et Marie-Ève Déry, elle a été la première ferme du Saguenay—Lac-Saint-Jean, en 2000, à offrir des paniers ASC (Agriculture soutenue par la communauté).  À Saguenay, elle a longtemps été la seule ferme certifiée biologique.  Son activité principale était la production maraîchère et ovine.  Elle produisait aussi des œufs sur une petite échelle.  En complément, la ferme développait un volet d’immersion à la ferme pour stimuler la relève agricole.

 

Seconde phase

Pendant cette expérience de production presque entièrement commerciale, nous avons observé tous les problèmes liés au maintien de la fertilité à long terme des sols dans le contexte du déclin de la production énergétique en général et pétrolière en particulier et liés à une agriculture d’exportation.  Les cycles des éléments fertilisants étant rompus, il apparaît que le goulot d’étranglement de la production soit le phosphore (voir les articles sur la question dans la section publication). 

La solution réside donc dans une agriculture locale dont les cycles des éléments fertilisants ont été instaurés (recyclage des fumiers animaux et humains, résidus de boucheries, matières compostables diverses …).  Tout ce qui vient de la terre doit y retourner et cela le plus possible sur le sol dont il est issu.  De plus, une véritable pérennisation de l’agriculture doit se faire avec le minimum d’énergie pour que l’agriculture redevienne positive au plan énergétique, ce qui entraîne une remise en question de l’aménagement et de l’occupation du territoire :  l’habitat devra être redispersé sur l’ensemble du territoire habitable et les agglomérations devront être à la fois plus petites et plus denses.

Dans ce contexte, la ferme les Vallons de chambreule s’est associée au GREB, à la coopérative de consommateurs du GREB et à l’Écohameau de La Baie pour expérimenter ce redéploiement d’une agriculture locale à basse intensité énergétique dont la fertilité se maintient à long terme.  La ferme les Vallons de Chambreule est donc devenue une ferme de recherche dont la vocation est la recherche et l’expérimentation de la pérennisation de l’agriculture.

Qu’est-ce que la ferme Les Vallons de chambreule?

La ferme Les Vallons de Chambreule poursuit une mission reflétant des préoccupations sur les plans mondial, national, régional et familial.

Dans la première phase

  1. 1.S’inscrire dans un mouvement d’équité mondiale.

  2. 2.Stimuler la relève agricole et revitaliser le milieu rural et les régions.

  3. 3.Démontrer qu’une famille peut tirer sa subsistance des revenus d’une entreprise agricole de petite échelle.

 

Dans la seconde phase

Fort de l’expérience de la première phase, la nouvelle mission des Vallons de Chambreule se définit comme suit :

«Rechercher et expérimenter de manière concrète une agriculture de basse intensité énergétique
dans le but d’établir les bases et conditions permettant l’établissement de
la pérennité de la production agricole

Avec cette approche, il est important de définir l’échelle de temps que l’on qualifie de long terme. L’agriculture étant relativement jeune (10 000 ans) depuis la naissance de l’espèce humaine, nous avons retenu que le long terme devrait se définir minimalement, en agriculture, à un millénaire. Du point de vue occidental, cela semble long, notre agriculture n’ayant jamais été vraiment soutenable à cette échelle de temps.  Certains pays orientaux (Chine, Japon, Corée…) ont réussi le maintien de la fertilité des sols pendant plus de 4000 ans (réf : « Farmers of forty centuries »  F. H. King).  Concrètement, nous essaierons d’établir une zone expérimentale (Écohameau de La Baie) permettant de dégager un modèle agricole applicable à l’échelle des municipalités rurales du Québec et soutenable dans le nouveau paradigme qui commence à apparaître,soit celui d’une énergie rare et coûteuse.

Mission de la ferme

La ferme Les Vallons de Chambreule poursuit une mission reflétant des préoccupations sur les plans mondial, national, régional et familial.

Première phase

Production maraîchère

La ferme Les Vallons de Chambreule a fait la culture de plus d’une trentaine de variétés de légumes. Aucun pesticide ni engrais chimique n’était utilisé dans la culture des légumes. Ceux-ci étaiencultivés par l’emploi de techniques agricoles répondant aux normes rigoureuses de la certification biologique. Les légumes étaient cueillis soigneusement à la main la journée même de leur livraison, ce qui en assurait la grande fraîcheur. Livrés dans des paniers pour une, deux ou quatre personnes, ils étaient remis en main propre aux consommateurs en divers points de livraison, de juillet à octobre.  Les personnes intéressées à obtenir des paniers de légumes s’adressaient directement à la ferme dès l’arrivée du printemps pour réserver leur part des récoltes.

Mise en marché (ASC)

La mise en marché de la production maraîchère se faisait principalement via l’Agriculture soutenue par la communauté (ASC).

« Une entente de partenariat est établie entre la ferme et chacun de ses partenaires (consommateurs).  Le partenaire achète une part de la récolte en début de saison, ce qui permet à l’agriculteur de payer ses semences et de mettre en marche sa production, sans avoir à s’endetter.  À son tour, le partenaire reçoit des paniers hebdomadaires de légumes en saison, récoltés à maturité.  Cette formule est avantageuse pour le consommateur qui s’assure ainsi d’une fraîcheur sans égale de produits biologiques locaux et à moindre coût.  Elle permet aussi à l’agriculteur d’obtenir un prix équitable pour ses produits grâce surtout à une distribution facilitée. »

La ferme Les Vallons de Chambreule était membre du Réseau québécois des projets d’ASC, coordonné par Équiterre.  Elle a fournie jusqu’à 77 familles durant la saison estivale.

Production ovine

La ferme Les Vallons de Chambreule faisait aussi l’élevage d’agneaux selon des méthodes naturelles et traditionnelles.  Gardés en bergerie froide durant l'hiver, les animaux avaient toujours accès à l’extérieur.  Durant l’été, ils se nourrissaient dans les pâturages certifiés biologiques.

L’accueil à la ferme

La ferme recevait chaque année des jeunes venus du monde entier pour visiter le Canada.  En 2004, elle a accueilli 21 jeunes de 7 nationalités différentes.  Membre de l’organisation internationale WWOOF (Willing Workers On Organic Farms) à titre de ferme hôte, la ferme hébergeait des jeunes en échange d’un coup de main dans les jardins et auprès des animaux.  L’accueil de ces jeunes permettait un véritable partage culturel.

Seconde phase

La production agricole durant cette seconde phase sera surtout liée à l’alimentation des habitants du Écohameau de La Baie.  Les habitants participants seront conviés à produire eux-mêmes leurs légumes, fruits et œufs, tandis que la ferme fournira principalement les céréales, légumineuses, oléagineux, protéagineux, fourrages, produits laitiers et de boucherie et une partie de l’énergie (bois de chauffe et électricité).  Les modalités de fonctionnement et les redevances (en temps et en argent) sont encore à développer.  Ce projet est encore sur la planche à dessin et nous cherchons actuellement du financement.


  1. PuceConsultez les images de la vie de la ferme dans l’album de photos.

  2. PucePatrick Déry a publié une étude sur la problématique du phosphore en agriculture.  Rendez-vous à l’onglet Études sur le phosphore.

La production agricole

|||RetourRealisations.html